* * * O * * * O * * * O * * * O * * *

* * * O * * * O * * * O * * * O * * *

* * * O * * * O * * * O * * * O * * *

* * * O * * * O * * * O * * * O * * *

La Maison de l’Europe Bordeaux – Aquitaine, l’association Franco – Tchèque d’Aquitaine, les Centres d’animation de Bordeaux et l’Ambassade de la République Tchèque en France ont eu plaisir de nous inviter à organiser la Soirée européenne dédiée à la République Tchèque le mardi 4 décembre 2012 à 19h00 à la MEBA, 1 Place Jean Jaurès – Bordeaux
Au programme : - B. SMETANA, "Moldau"extrait", Piano, Yoshiko TOMINAGA. -
Présentation de la République Tchèque par Michal DVORAK ,Affaire Politiques, Attaché de Presse de l'Ambassade Tchèque en Frnace et représentant Madame l’Ambassadeur CHATARDOVA. -
Présentation de l’association Franco-Tchèque par Anne Aussel , vice présidente de l’association -
Stella Marisova interprète : de Antonin DVORAK, "Mélodie d’Amour". -
Barbora FAUCON : Les Personnages introduction à l’auteur, Karel CAPEK. -
Alain MARTY présente l’auteur littéraire Karel CAPEK. -
Le Choeur interprète A. DVORAK, "Duo Morave". -
Hervé BRIEN nous fait découvrir Radio Prague. -
Piano, Yoshiko TOMINAGA et Flûte Alain VERDIER interprètent de A. DVORAK, "Valse" - J
ana Barrière nous fait découvrir les Traditions Tchèques en période de Noël". -
Flûte, Voix et Piano, Jan Jakub RYBA "Slavicek" (Rossignol).
Noël à Prague par Jérome Charon -
Quatre Chansons traditionnelles de Noël : (avec Caroline Itier au contrabasse) • Padla rosa studena • Byla cesta uslapana • Les bestioles, les oiseaux. • K Jeziskovi
La soirée se prolongea autour d'un apéritif convivial tchèque.

Invitation aux préparationx du traditionnel Noël Tchèque

Auteur , Jana BARRIERE
Chère Jana,
Cette année, je prépare Noël vraiment comme il faut. J'ai déjà fait quelques petits fours secs et j'ai bien l'intention d'en faire neuf variétés, comme nos arrières grands-mères. J'ai aussi confectionné deux couronnes de Noël, une décorera la table, l'autre la porte d'entrée.
Cette année, le 4 décembre, à la Ste Barbora, je chercherai un jardin pour cueillir mes quelques petites branches de cerisier. Tu sais que l'année dernière mes "petites barbora" ont bien fleuri le Jour de Noël. J'aime beaucoup ces petits messagers de printemps et de vie dans cette saison sombre, froide et sans couleurs. J'imagine nos ancêtres, s'abritant dans leur monde de traditions et de superstitions, pour, finalement, s'assurer que la vie apparemment disparue, reviendrait. Et leur foi chrétienne devait les rassurer aussi. Cela pourrait expliquer ce mélange de coutumes païennes et des prescriptions chrétiennes dont nous avons hérité.
Dommage que nous ne puissions pas nous promener ensemble dans les rues, la veille de St. Nicolas. J'aime bien tous ces St Nicolas avec leurs mitres et crosses d'évêque, les anges et les diables en noir, les langues bien rouges et bien pendantes, faisant peur aux enfants en brandissant leurs chaînes. Je suis sûre que tu te souviens de nos robes blanches d'anges bien réussis, des cheveux en coton et des étoiles sur le front. Je te jure, les anges de nos jours sont bien différents. Aucune sainteté. Dans les rues ils font souvent comme les diables et courent derrière des enfants. Par contre, quand un trio - St Nicolas, un diable et un ange - arrive chez mon fils, il joue bien son rôle, il questionne sérieusement mes petits enfants qui récitent, chantent des chants de Noël et promettent d'être encore plus sages qu'avant. Mais, surtout, ils récupèrent leurs petits cadeaux, friandises; fruits et petits jouets… Pour tout te dire, moi personnellement, je préférais accrocher mon bas à la fenêtre et attendre le matin pour récupérer mes cadeaux. Et oui, les coutumes changent aussi…
Dans des affaires de maman, j'ai retrouvé un cahier de mémoires de ma grand-mère. Je t'en cite une partie, écrite le 24.décembre 1894 :
"Ce soir, c'est le soir généreux. Il y aura douze assiettes sur la table. Nous sommes dix, plus une assiette pour un nécessiteux qui pourrait s'arrêter chez nous et une assiette à la place de mon grand-père décédé en septembre. J'aime la table pleine de plats avec tous les produits de notre petite ferme. Je vais guetter la première étoile, le moment où on commence à manger. J'espère bien voir un petit cochon doré sur le mur en récompense d'avoir jeûner toute la journée. Mon père dira une courte prière, et nous goûterons des neuf plats parmi lesquels du "jaquot noir", des lentilles, des pois cassés, de la "musique" - j'adore son goût de miel - des fruits, des noix et des pâtisseries. Comme tous les ans, j'aurai un peu peur de sortir de la maison pour porter des restes aux bêtes et aux arbres, mais il le faut pour avoir une bonne récolte l'année prochaine. Ma grand-mère jettera des miettes dans la cheminée pour protéger la maison contre "le messager de Dieu" et contre l'incendie et distribuera les cadeaux à toute la famille et à nos métayers. Puis, chacun choisira une pomme dans le panier, la coupera et cherchera dedans des signes pour son avenir. J'ai caché au fond une belle pomme pour moi afin de ne pas trouver un ver dedans. Mais en réalité je ne crois plus à la possibilité de deviner le futur. L'année dernière, mon grand père a bien trouvé une belle étoile dans sa pomme, et il est mort en automne. Je l'ai dit à Véronique mais elle m'a répondu qu'elle irait quand même jusqu'à la marre au fond du jardin pour essayer de voir dans l'eau le visage de son futur mari."
Moi, je vais composer avec nos habitudes plus modernes. Je préparerai ma soupe de poisson, une salade de pommes de terre et des escalopes de carpe pannées. Et pour bien faire les choses, j'irai acheter mon poisson au coin de la Grand rue. J'espère que j'y retrouverai notre copain marchand avec son baratin habituel et qu'il m'offrira un verre de vin chaud. Je sais qu'il finit ses journées bien rond, mais il a du mérite. Se geler toute la journée dehors, attraper des carpes vivantes dans un bac d'eau glaciale et en plus les tuer et les vider sur place à la demande des clientes comme moi, ce n'est pas très marrant. Parce que moi, je ne suis pas prête à tuer une carpe dans ma cuisine… même si mes petits enfants rêvent de la voir vivante quelques jours dans la baignoire.
J'ai déjà découpé de petits cochons de papier doré que je collerai contre le mur pour récompenser mes petits enfants affamés et j'ai sorti aussi le carton avec mes crèches. J'en aurai sur toutes les étagères. Tu connais ma manie, chaque année, j'en trouve de nouveaux modèles aux marchés de Noël.
Le 24 décembre, nous commencerons les fêtes de Noël par un repas familial. Après, j'irai chercher ma grande bassine pleine d'eau et les enfants feront flotter des demi - coques de noix avec des bougies pour savoir qui fera le voyage le plus long l'année prochaine. Nous couperons aussi des pommes pour deviner l'avenir, nous ferons un concours de chants de Noël et les enfants réclameront le passage du petit Jésus. C'est pareil tous les ans, ils partiront d'eux-mêmes dans la cuisine et attendront patiemment la sonnette – et, après, ce sera la ruée vers le salon pour trouver tous les cadeaux sous mon sapin tout joli avec des décorations en paille. Je me rappelle Jan, quand il était tout petit, comme on lui avait expliqué que le petit Jésus passait par la fenêtre pour porter des cadeaux, il se mettait à la fenêtre et chuchotait "mon gentil petit jésus, tu peux revenir quand tu veux…".
Et, enfin, vers 11 heures du soir, nous irons à la messe de minuit - et l'église sera pleine à craquer. Tu te souviens, même sous les communistes, c'était pareil, des croyants et des non-croyants, la magie de la nuit sainte fonctionnait, même si je sais bien que il y avait aussi des fêtards et des curieux qui venaient finir leurs soirées avec des copains. Et la rigolade à l'école, une fois les vacances de Noël finies, quand le prof de géo, un vrai apparatchik et athée proclamé, nous demandait : "Et toi, est-ce que le petit jésus a été généreux ?"
Pour finir, je te souhaite de bonnes fêtes et n'oublie pas que le Jour de l'An tu dois manger des lentilles, afin que l'argent ne te quitte pas. Dans ma lettre d'après Noël, avec la carte de vœux, tu trouveras une écaille de la carpe que tu mettras dans ton portemonnaie, pour que tu deviennes enfin riche….
Bisous Tereza

* * * O * * * O * * * O * * * O * * *

Vous pouvez consulter et écouter un enregistrement de l'émission de Radio Prague, concernant le Noël Tchèque en France, cliquez sur ce lien:

* * * O * * * O * * * O * * * O * * *

Fêtes et traditions tchèques au fil des mois.
Nées de traditions chrétiennes ou païennes, les coutumes varient de région à région, restent vivantes plutôt en province et laissent naître des festivités et commémorations plus récentes, déconnectées de ces origines ancestrales ("pèlerinages" au Mur Lennon – un mur tagué rappelant un des Beatles - non loin de l'ambassade de France à Prague, p.ex.)
Nouvel An
"Tel Nouvel an, telle toute l'année"
On s'embrasse sous le gui
On mange des lentilles ou des pois afin que l'argent se multiplie, par contre on ne mange pas de volaille pour que la chance ne s'envole pas
Fête nationale – création de la République tchèque le 1er janvier 1993, après la séparation de la Slovaquie (fin de la Tchécoslovaquie, créée en 1918)
Epiphanie (Les Trois Rois en tchèque)
Des enfants déguisés en Trois Mages visitent les demeures et inscrivent sur les portes, à l'aide d'une craie bénite, les lettres K+B+M et le millésime (les lettres signifiant "Christus mansionem benedictat" et non les noms des mages – Kaspar, Melichar, Baltazar - comme l'expliquent beaucoup de Tchèques). On organise aussi des collectes de fonds pour des actions de solidarité.
Mardi gras
Des défilés de carnaval, des concerts et des fêtes foraines sont organisés.
Pâques
Pendant la semaine de Pâques, à part des fêtes religieuses, quelques traditions survivent.
Le Mercredi saint est appelé le mercredi boudeur (celui qui a une mine boudeuse le Mercredi saint, boudera toute l'année ou, suivant les régions, tous les mercredis) et aussi le mercredi souillé parce que l'on ramonait les cheminées après l'hiver.
Le Jeudi saint est appelé le jeudi vert. On mange ce qui est vert (épinards, petits pois, pousses verts…). Le son des cloches des églises est remplacé, jusqu'au samedi, par des bruits de crécelles en bois. On distribue les brioches traditionnelles nappées de miel – les "judas".
Le Vendredi saint est appelé le grand vendredi. On croyait que ce jour-là, la terre avait des pouvoirs magiques et qu'il existait des collines qui s'ouvraient et montraient des trésors cachés. L'homme qui voulait y pénétrer risquait l'enfermement et l'emprisonnement jusqu'au grand vendredi prochain…
Le Samedi saint est appelé le samedi blanc.
Le Dimanche de Pâques est appelé le grand dimanche. On mange une pâtisserie en forme d'agneau de Pâques. Jadis, on organisait des processions et bénissait les champs.
Le lundi de Pâques est appelé le lundi rouge. Jusqu'au midi, les garçons poursuivent les filles et les fouettent (plus ou moins) symboliquement avec un fouet en branches de saule tressées. C'est une façon de transmettre la sève de la vie au corps humain. Les filles offrent aux garçons des œufs de Pâques colorés et décorés et nouent des rubans au fouet. Dans certaines régions, les garçons arrosent les filles avec des seaux d'eau. Des étrangers (et surtout des étrangères prises à partie) peuvent être choqués par ces "coutumes barbares". Les enfants font le tour des maisons avec leurs fouets, chantent ou récitent et obtiennent en récompense du chocolat, des œufs colorés ou de l'argent.
La mise à mort de l'Hiver (en mars)
Les jeunes fabriquent un pantin (la Faucheuse, la Camarde) en paille, le portent au bord d'un ruisseau ou d'une rivière, le brûlent et le jettent dans l'eau. Jadis plein de symboles, aujourd'hui surtout une possibilité de s'amuser.
Le Poisson d'avril
Le 1er avril, on n'accroche pas de poissons en papier au dos des copains, mais on invente des blagues et des mauvaises informations bidon et si "la victime" se laisse bien mener en bateau, on crie "apriiiil" ! en rigolant (en tchèque "se faire april" de quelqu'un = mener en bateau).
La fête des sorcières
Selon des croyances moyenâgeuses, des forces maléfiques étaient les plus puissantes lors de la nuit des St Jacques et St Philippe et des sorcières se réunissaient aux sommets de collines. D'où cette habitude d'allumer des feux en endroits surélevés pour "brûler les sorcières". C'est très joli à voir en se promenant dans les campagnes le soir du 30 avril.
Le 1er mai
Fête de l'amour – les jeunes filles doivent recevoir un baiser sous un cerisier en fleurs pour qu'elles ne s'assèchent pas dans l'année. Des amoureux déposent des fleurs au pied de la statue de K.H.Macha dans le parc de Petrin (la colline la plus élevée de Prague). Macha, poète romantique, un grand personnage de la littérature tchèque, est l'auteur d'un long poème de l'amour tragique dont tous les Tchèques connaissent au moins quelques vers.
Majales - fêtes estudiantines – réunions et cortèges de jeunes plus ou moins déguisés, clôturés par l'élection du "roi", sont organisés (en 1965, c'était Allen Ginsberg, écrivain emblématique de la "beat generation" américaine, qui a été élu à Prague), avec des animations musicales et théâtrales organisées dans les rues.
La chevauchée des Rois
Tradition autrefois connue presque partout persiste aujourd'hui surtout dans des villages du sud-est de la Moravie (région orientale de la République tchèque). Les festivités s'étalent en plusieurs jours (festivals de musique et de danses folkloriques, fêtes foraines) et culminent par la chevauchée royale. Un cortège des cavaliers en costumes traditionnels somptueux accompagne "le roi", un jeune garçon soigneusement choisi, à travers du village. Etre "le roi" est un rôle hautement convoité – on ne peut l'être qu'une fois et toute la famille est à l'honneur. Dans un village, Vlcnov, cette tradition perdure depuis 203 ans sans interruption (sous l'occupation allemande, il a fallu une permission de la gestapo…). Milan Kundera décrit ambiance de cette fête dans "La Plaisanterie".
Les bûchers de St. Jean
Issue de traditions autour du solstice d'été, cette fête reste pour les jeunes une occasion de se rassembler et de s'amuser. Plus haut est le bûcher, plus ses auteurs sont fiers…
La fête de la musique, importée de France, monte en puissance chaque année.
Fêtes de moisson, fêtes de la cueillette du houblon et fêtes de la fin des vendages (en septembre)
Fêtes locales, elles offrent l'occasion d'organiser des festivités et des marchés de produits locaux et saisonniers.
Période de Noël
Pendant toute la période d'avant Noël, des concerts de chants de Noël et de musique religieuse sont organisés, souvent pour financer des actions de solidarité.
Le 4. 12. - fête de la Ste Barbara
On cueille quelques branches de cerisier ou de forsythia ("barborky" en tchèque) et on les met dans un vase à un endroit chaud et bien éclairé afin qu'elles fleurissent à Noël.
Le 6.12. – fête du St. Nicolas
Le 5. 12. au soir, des groupes de trois personnages déguisés (un St Nicolas en évêque, un diable et un ange) passent dans les rues suivis par des enfants et font le tour des familles qui les ont engagés et distribuent aux enfants de petits cadeaux – friandises, fruits, petits jouets. On accroche aussi un bas à la fenêtre et le retrouve plein de cadeaux le 6 au matin. Dans beaucoup d'entreprises, on organise une soirée pour les enfants des employés.
Le 24 décembre - le "jour généreux" ou le "soir généreux"
C'est le début des festivités et la fête familiale la plus importante des trois jours de Noël. On commence, avec l'apparition de la première étoile, par un repas familial. Au menu est la soupe de poisson, la salade de pommes de terre, les escalopes de carpe panées, les pâtisseries de Noël - des petits fours secs et la brioche aux amandes et aux raisins sec tressée. Après, on chante des chants de Noël, on coupe des pommes afin de deviner l'avenir d'après la forme des loges à pépins, on parle d'autres traditions, dont certaines sont racontées dans ce texte du 1894 :
"Ce soir, c'est le soir généreux. Il y aura douze assiettes sur la table, nous sommes dix, plus une assiette pour un nécessiteux qui pourrait s'arrêter chez nous et une assiette à la place de mon grand-père décédé en septembre. J'aime la table pleine de plats avec tous les produits de notre petite ferme. Je vais guetter la première étoile, le moment où on commence à manger. J'espère bien voir un petit cochon doré sur le mur en récompense d'avoir jeûner toute la journée. Mon père dira une courte prière, et nous goûterons des neuf plats parmi lesquels du "jaquot noir"*, des lentilles, des pois cassés, de la "musique"* - j'adore son goût de miel - des fruits, des noix et des pâtisseries. Comme tous les ans, j'aurai un peu peur de sortir de la maison pour porter des restes aux bêtes et aux arbres, mais il le faut pour avoir une bonne récolte l'année prochaine. Ma grand-mère jettera des miettes dans la cheminée pour protéger la maison contre la foudre et contre l'incendie et distribuera les cadeaux à toute la famille et à nos métayers. Puis, chacun choisira une pomme dans le panier, la coupera et cherchera dedans des signes pour son avenir. J'ai caché au fond une belle pomme pour moi afin de ne pas trouver un ver dedans. Mais en réalité je ne crois plus à la possibilité de deviner le futur. L'année dernière, mon grand père a bien trouvé une belle étoile dans sa pomme, et il est mort en automne. Je l'ai dit à Véronique mais elle m'a répondu qu'elle irait quand même jusqu'à la marre au fond du jardin pour essayer de voir dans l'eau le visage de son futur mari."
Après, c'est le tour des cadeaux. En Tchéquie, c'est le "petit Jésus" qui apporte les cadeaux en passant par une fenêtre (fermée), et les pose sous le sapin de Noël.
Si Noël est une grande fête familiale, on fête la fin de l'an entre amis.
* Jacquot noir = gratin de champignons séchés (les cèpes noirs donnent la couleur sombre) et de petit orge perlé ou de blé noir, assaisonné (cumin, poivre, ail écrasé, marjolaine) et cuit dans du saindoux avec des rillons
* Musique = plat sucré, préparé quelque jours avant Noël. Mélange de fruits séchés (pommes, poires, pruneaux) cuit avec des épices (clous de girofles, badiane, cannelle, vanille), auquel on ajoute du miel, des raisins secs, des noix ou noisettes, du jus du citron et du pain d'épices râpé.
Ce qui peut aussi surprendre un Français en République tchèque :
-On ne s'embrasse pas en se rencontrant dans la rue ; en famille, on s'embrasse souvent sur la bouche
-Les Tchèques se déchaussent en rentrant chez eux (et en 99%, on attend la même chose des visiteurs)
-On dit non seulement "bonjour", même si c'est la formule la plus utilisée, et "bon soir", mais aussi "bon matin", "bon avant-midi", "bon midi", "bonne après-midi" et "bonne nuit"
-Si vous êtes invité chez des amis, on vous servira des amuse-gueules, des canapés bien garnis et/ou des gâteaux, du café, du thé, du vin et même de l'alcool, à n'importe quelle heure de la journée
-Il y a beaucoup de restaurants où on sert des repas aussi dans l'après-midi (un repas tchèque courant est composé d'une soupe et d'un plat de résistance)
-Une bière (pivo) = 0,5 l, une petite bière (malé pivo) = 0,3 l. Dans un restaurant moyen, le garçon remplace automatiquement ou avec un petit geste hésitant votre chope à peine (ou même pas) finie par une chope pleine. N'hésitez pas à le refuser si vous n'en voulez pas – elle sera servie à votre voisin…
-Les cours à l'école finissent vers midi pour les petits et entre 13 et 16 heures pour les grands, c'est pourquoi il y a beaucoup d'écoliers dans les rues l'après-midi. Par contre une semaine scolaire compte 5 jours et les enfants ont moins de vacances qu'en France
-etc…

-------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------

7 SEPTEMBRE 2010 CONCERT ORGUE et VOIX

Avec PhDr. MgA. Frantisek VANICEK Ph.D. Organiste Concertiste et Professeur à l'Université de Hradec Kralové (Rép. Tchèque) frantisek.vanicek.sweb.cz

et avec une participation de Stella MARISOVA soprano

à l'Eglise Sainte Marie de la Bastide à Bordeaux.

------------------------

6 SEPTEMBRE 2010 CONFERENCE

à BORDEAUX

L'Orgue au sein de la Culture Musicale Tchèque

Avec PhDr. MgA. Frantisek VANICEK Ph.D. Organiste Concertiste et Professeur à l'Université de Hradec Kralové (Rép. Tchèque) frantisek.vanicek.sweb.cz

-------------------------------------------------------------------

22 & 23 SEPTEMBRE 2009

CONFERENCE LITTERAIRE

La littérature tchèque traduite en langue française.

Conférencière Magdalena HROZINKOVA
journaliste à Radio Prague Internationale
22 septembre Artigues près Bordeaux (médiathèque)
23 septembre Saint Jean d'Illac (bibliothèque municipale)
Résumé de la conférence sur la littérature tchèque, 22.-23. septembre
Une dizaine de livres d’auteurs tchèques des XXe et XXIe siècles ont été au coeur de ces deux soirées littéraires (et musicales...). Tout d’abord, « L’Année du jardinier » (10/18, Domaine étranger, 2000), écrit en 1929 par un géant de la littérature tchèque, Karel Capek (1890-1938). C’est un livre plein d’humour, de poésie, de couleurs, d’odeurs, de sensations. Venez suivre, mois par mois, le jardinier et son paradis !
Le roman satirique sur le football « Les Onze de Klapzuba » (Ed. L’Age d’homme, 2008) est une autre merveille de la littérature tchèque de l’entre-deux-guerres. Ecrit en 1922 par Eduard Bass (1888-1946), il a été traduit en français, à l’occasion de l’Euro 2008, par Marcela Salivarova-Bideau. Le livre a également été adapté pour la scène, au Théâtre Saint-Gervais de Genève, avec Jean-Luc Bideau dans le rôle du père Klapzuba qui a fait de ses onze petits gars une équipe de foot imbattable...
« La Belle de Joza » (Les Ed. Noir sur Blanc, 2008) de Kveta Legatova a été publié en tchèque en 2002. C’est une histoire d’amour entre une jeune médecin participant à la Résistance pendant la Deuxième Guerre mondiale et un villageois. Une histoire merveilleusement écrite qui se déroule dans les monts des Beskydes, une région où Kveta Legatova (1919) passa de longues années comme enseignante... Ce n’est qu’à l’âge de 82 ans que Kveta Legatova, Prix de l’Etat tchèque pour la littérature en 2002, se fit connaître dans le monde littéraire.
Un autre destin de femme : « Madame Paris-Prague » (Cheminements, 2008), un roman d’Omar Mounir, écrivain et journaliste marocain installé à Prague. « Madame Paris-Prague » est une biographie de Jarmila Baxova, ancienne journaliste à la rédaction française de la Radio tchécoslovaque. Née de parents tchèques vivant en France, elle se trouva dans l’impossibilité de rentrer à Paris après le putsch communiste de 1948...
Les thèmes du communisme et du post-communisme sont largement développés dans « Esprit de Prague » (Ed. du Rocher, Anatolia, 2002) d’un des écrivains tchèques les plus prolifiques, Ivan Klima (1931). C’est un recueil de textes sur des sujets divers : son enfance, sa famille, ses débuts littéraires au camps de concentration de Terezin, le milieu dissident sous le communisme, la société tchèque avant et après 1989...
Paru en tchèque en 2006 et sorti un an plus tard en français, le livre « A vrai dire » (Ed. du Seuil, 2007) est composé de notes et d’extraits des carnets du président et de l’ex-président Vaclav Havel (1936), ainsi que de son entretien avec le journaliste Karel Hvizdala. Un livre-bilan où Havel revient à tous les moments charniers de sa présidence, où il se confie, parfois très intimement, où il commente ce qu’il a vu et vécu, avec intelligence, originalité et humour qui lui sont propres.
Enfin, trois jeunes auteurs qui ont percé, ces dernières années, avec leurs premiers romans : Martin Smaus (1965) retrace dans son très beau roman « Petite, allume un feu » (Syrtes, 2009) le destin des Roms d’Europe de l’Est au XXe siècle. Petra Hulova (1979) est l’auteur des « Montagnes rouges » (Ed. de l’Olivier, 2005), roman qui se déroule en Mongolie et où se racontent les femmes de plusieurs générations, issues d’une même famille. Enfin, Tomas Kolsky (1978) se fit remarquer par « Ruthie ou la couleur du monde » (Ed. de l’Olivier, 2005), l’histoire d’un jeune Juif de Prague et de son voyge en Israël, au début des années 2000.
Bonne lecture !
Magdalena HROZINKOVA.
Chnat et guitare, Stella MARISOVA

--------------------------------------------------------------------------

24 AVRIL 2008

Eglise Saint Sauveur de SAINT MACAIRE

L'Association Franco Tchèque Aquitaine et l'Association des Amis de l'Orgue de Saint Macaire
avec le soutien du ministère des Affaires Etrangères de la République Tchèque ... présentent :
MOTYLI SUMPERK
LES PAPILLONS DE SUMPERK
Ecouter les papillons
Choeur de jeunes filles de la République Tchèque.
Soliste : Stella Maris Dvorackova Soprano
CHANSONS POPULAIRES ET MUSIQUES ANCIENNES
Une occasion de fêter les dix ans de l'association Franco Tchèque Aquitaine
----

MAITRISE CARMINA A NOTRE DAME DES ANGES

4 février 2006

L’association Franco Tchèque d’Aquitaine présente au public bordelais un concert exceptionnel avec la Maîtrise CARMINA de la République Tchèque le 4 février 2006 à 20h30 à l’Eglise Notre Dame des Anges 208 rue de Pessac à Bordeaux.

Au programme :

Vivaldi, Chant Populaires tchèques de Bohême et Moravie, Dvorak, Bohuslav Martinu, Zdenek Lukáš, Pavel Jurkovic, Milan Uherek, Hans Leo Hassler Negro Spiritual, etc...
La maîtrise « CARMINA » représente sa région aussi bien dans son pays qu’à l’étranger. Fondée en 1992 à Rychnov nad Kneznou en Bohême de l’est, au sein d’une école primaire et collège.
Depuis sa création la maîtrise « CARMINA » a participé à plus de 400 concerts. Elle fut deux fois lauréate d’une compétition nationale en 1995 et 1996. Une médaille d’argent en 1997 à Lecco en Italie. Deux médailles d’or en 1997 à Tempere en Finlande. Une médaille d’argent en 2000 à Tolose en Espagne.
La maîtrise « CARMINA » à pu se produire ainsi dans de nombreux pays : Pologne, Lituanie, Estonie, Autriche, Slovaquie, Hollande, Allemagne, Danemark, Suède, Russie, France et Espagne.
Les enfants débutent à partir de l’âge de 4 ans dès l’école maternelle. suivant leurs aptitudes au chant ils sont progressivement sélectionnés pour intégrer vers dix ans la maîtrise . Elle comporte plus de filles que de garçons de l’âge de dix ans à dix huit ans. La maîtrise « CARMINA » est constituée de trois cents enfants. L’art de la technique vocale déchiffrage, rythme, solfège, histoire de la musique sont enseignés aux enfants ainsi qu’une pratique indispensable du piano. Pour cet enseignement spécifique il a été publié un livre qui est une référence pour les autres "La maîtrise et chorales en République Tchèque".
Karel Stregl, chef de la maîtrise, fut lauréat de l’université pédagogique et de musique de Hradec Kralové comme ses collaborateurs et chefs de chants Kamila Hajkova , Dagmar Brandejsova et Tomas Havlin, pianiste.
Les déplacement de La maîtrise « CARMINA » à Bordeaux représente quarante enfants.
----

FOIRE DE BORDEAUX 2005

L'Association était présente à la Foire Internationale de Bordeaux du samedi 30 avril au lundi 9 mai.
Stella en discussion animée
Stella et Plilippe
Paul sur le stand
----

Orchestre Tchèque PRIMAVERA au mois de juin 2004

De passage à la foire avec STELLA
Devant l'ABAYE de ST FERME
Les petites flûtistes
Les contrebasses de Primavera
----

FOIRE DE BORDEAUX 2004

Foire Internationale de Bordeaux du 15 au 19 mai.
Le mercredi 26 mai 2004 à 16H30 concert franco_tchèque : "Voyage musical"
Orchestre Tchèque PRIMAVERA, Chorale EURYDICE, Chorale CANTATE DOMINO.
(Bartok, Brahms, Vivaldi, Dvorak, Haydn, Kodaly, Saint Saëns, Pachebel, Pergolèse)
Eglise Notre Dame des Anges , 208 rue de Pessac, Bordeaux.

ASSOCIATION  

FRANCO   TCHEQUE   AQUITAINE

157 Bd Albert 1er   

33 130 BEGLES - BORDEAUX      FRANCE

Tél. / Fax / Mobil :

0033/(0)5 56 39 80 56 

06 86 75 46 16

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre association

Centre culturel tchèque

à Paris

http://paris.czechcentres.cz

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Association Franco-Tchèque Aquitaine - 157 Bd Albert 1er - 33130 BEGLES-BORDEAUX - FRANCE - Tél. 0033/(0)5 56 39 80 56 - afta@orange.fr